Figure humaine, d�tail d'une tombe peinte
Burj ech Chemali (r�gion de Tyr), II�me s. ap. J.-C.
Dcouverte en 1938, cette tombe faisait partie de la ncropole romaine de Tyr. En vue de sa prservation, elle fut transporte et reconstitue au Muse National de Beyrouth. Les parois sont recouvertes de peintures figurant des scnes empruntes la mythologie et en relation avec le monde de la mort.


Vase, verre
Tyr, IV�me s. ap. J.-C.
La renomme des villes ctires phniciennes dans lindustrie du verre tait telle que lhistorien romain Pline leur en attribuait la dcouverte. Les vases en verre taient destins aux besoins de la vie courante, au commerce de mme quils faisaient partie du matriel funraire.




L'enl�vement d'Europe, mosa�que
Byblos, III�me s. ap. J.-C.
Le thme de lenlvement dEurope a connu une grande vogue en Italie et en Afrique. Dans lemblema, Europe, la fille du roi de Tyr, est enleve par Zeus transform en taureau. La lgende grecque raconte que son frre, Cadmos, partit sa recherche et dans son priple transmit lalphabet phnicien aux Grecs.




Dionysos, marbre
Tyr, Epoque romaine
Le dieu Dionysos apparat ici sous la forme du jeune dieu imberbe hellnique, des cornes dans les cheveux en rfrence aux animaux qui lincarnent le mieux, le bouc ou le taureau. Cette reprsentation des cornes dfaut de lanimal en entier donnera naissance au type du Dionysos cornu.


En 64 av. J.-C. l'exp�dition militaire de Pomp�e en M�diterran�e met fin � l'anarchie qui r�gnait dans l'empire s�leucide et annexe la Ph�nicie � l'empire romain. Mais c'est en 31 av. J.-C., sous le r�gne d'Auguste, que s'�tend la pax romana � la r�gion.

Une �re de prosp�rit� commence pour Tyr, B�ryte et Baalbek- H�liopolis qui b�n�ficient des largesses de la cour imp�riale.

Gr�ce au d�veloppement urbain, pi�ce ma�tresse de la politique romaine, les villes �tendent leur territoire. Elles sont dot�es de monuments religieux et civils (temples, basiliques, forums, rues � portiques). Les loisirs sont accessibles � l'ensemble de la population avec les th��tres, les hippodromes et les gymnases. Des aqueducs assurent l'alimentation en eau et desservent les villes (maisons et villas), ainsi que les fontaines publiques (nymph�es) et surtout les bains (thermes). De riches n�cropoles, s�par�es du monde des vivants, s'�tendent le long des routes qui m�nent aux portes des villes. La pax romana favorise �galement les �changes qui profitent aux diverses industries dont les plus c�l�bres sont l'orf�vrerie, le verre, le textile et la c�ramique.

Des philosophes, des g�ographes et des juristes c�l�bres viennent de Tyr, Sidon et Byblos. L'�lite intellectuelle continue cependant � parler le grec. A B�ryte, on traduit les textes juridiques du latin au grec et l'�cole de Droit voit le jour � la fin du III�me si�cle .



Hygeia d�esse de la sant�, marbre
Byblos, Epoque romaine
Cette statue se dressait dans une des niches du nymphe (fontaine publique) de Byblos. Un serpent senroule autour des paules dHygeia en rfrence aux vertus de gurison que lui confre son statut de desse de la sant.




Sarcophage � la l�gende d'Achille, marbre
Tyr, II�me s. ap. J.-C.
Des scnes inspires de lIliade, relatives la guerre de Troie, taient souvent utilises pour dcorer les cuves des sarcophages de la ncropole romaine de Tyr. Taill avec beaucoup de soin, le dcor reste ainsi dans une bonne tradition de lart grec.

`